Summit – Le superordinateur le plus puissant du monde gère des calculs stupéfiants de 200 000 trillions par seconde

L’Oak Ridge National Laboratory (ORNL) du Département de l’Énergie des États-Unis a dévoilé un ordinateur capable de traiter 200 000 trillions de calculs par seconde (200 pétaflops). Revendiquant le titre de supercalculateur le plus puissant au monde, Summit est huit fois plus puissant que le précédent supercalculateur d’ORNL, Titan, qui est entré en service en 2012 avec une capacité de 27 pétaflops.

Summit est à ce jour une prouesse technologie incroyable. Qu’il s’agisse de la physique, de la biochimie, de la météorologie, de l’ingénierie ou de l’intelligence artificielle, de nombreux domaines exigent plus de calculs qu’auparavant. C’est pour cette raison que Summit a été inventé.

Summit – Le superordinateur le plus puissant du monde gère des calculs stupéfiants de 200 000 trillions par seconde

Avoir accès à une telle puissance de calcul a de réelles conséquences internationales. Ce qui explique la concurrence constante pour fabriquer des supercalculateurs plus grands et meilleurs en Chine, à Taiwan, au Japon, en Inde, aux États-Unis et en Europe. Ces ordinateurs sont essentiels non seulement pour la science, mais aussi pour la prévision météorologique, la modélisation du climat, le développement et la sécurité des armes nucléaires et les problèmes d’ingénierie complexes.

Summit utilise le système IBM AC922 composé de 4 608 serveurs. Chacun d’entre eux est composé de deux processeurs IBM Power9 à 22 cœurs, ainsi que de six accélérateurs d’unités de traitement graphique NVIDIA Tesla V100 interconnectés avec l’InfiniBand Mellanox EDR 100Gb/s double rail. La prise en charge de cette architecture nécessite plus de 10 pétaoctets de mémoire et des voies à large bande passante pour gérer le trafic de données.

Summit – Le superordinateur le plus puissant du monde gère des calculs stupéfiants de 200 000 trillions par seconde

Résultat : Summit est le premier ordinateur capable de gérer des calculs scientifiques nécessitant au moins un milliard de milliards de calculs par seconde, appelés calculs exascales. Il peut travailler sur la recherche en IA, l’apprentissage automatique et l’apprentissage en profondeur ; ainsi que sur les questions de médecine et de physique des hautes énergies.

ORNL explique que Summit aidera les États-Unis à réaliser ce qu’ils appellent un écosystème informatique exascale pleinement capable pour une large utilisation scientifique d’ici 2021. Cependant, les premières tâches pour le système, à partir de l’année prochaine, seront l’aide innovatrice et novatrice du Département de l’énergie.

Certains des premiers projets menés avec Summit sont des études sur la façon dont les supernovae créent des éléments lourds, comme l’or et le fer, des simulations au niveau atomique de nouveaux matériaux, l’analyse des données de santé publique pour mieux comprendre le cancer dans la population américaine.

About author View all posts

Mathieu Carlier

Blogueur passionné (ou acharné) j'ai d'abord créé Deco Tendency puis Le Blog des Tendances, Drone Trend et enfin Le Blog Domotique.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

 

Pin It on Pinterest

Shares

Partagez cet article

Partagez cet article avec vos amis sur les réseaux sociaux.

Shares